C’EST LA FAUTE A VOLTAIRE, ROUSSEAU…

Dialogue en prose
Durée : 1 h10
Objets d’étude : l’éloge et le blâme ; l’argumentation (convaincre, persuader, délibérer) ; un mouvement littéraire au XVIII° siècle.

Jean-Jacques Rousseau, blessé par la diffusion d’un pamphlet anonyme intitulé Sentiment des Citoyens, interpelle l’auteur de Candide alors que ce dernier entame la répétition d’une conférence qu’il s’apprête à donner dans sa nouvelle propriété franco-suisse.

NOTE D’AUTEUR

En reprenant les œuvres et les échanges épistolaires de ces Grands Hommes des Lumières, ce dit offre avec humour une synthèse de leur caractère et de leur engagement. Cette rencontre-fiction pose les bases de notre laïcité, expose les paradoxes de la pensée citoyenne ainsi que le danger des religions révélées.

Ce spectacle créé en 2007, a fait l’objet de 155 représentations devant plus de 17 000 lycéens. Il est à disposition des lycées pour la saison 2016 / 2017.

Auteur : Sébastien Faure
Premiers lecteurs : Philippe Leroy, Jean-Luc Prévost, metteurs en scène
Mise en scène : Samuel Mathieu / Louis Gatta
Avec : François Nicolas (Rousseau), Sébastien Faure (Voltaire)

Extrait du texte : C’est la faute à Voltaire Rousseau
Lien pédagogique : Le match Voltaire Rousseau

Vous ne parviendrez jamais à faire des sages
si vous ne faites pas d’abord des polissons

J.J. Rousseau

Retour haut de page