RUY BLAS REPETITAS

Comédie en alexandrins
Durée : 1h15

Pour nos zygomatiques,
Deux furieux comiques
Répètent, décortiquent,
En rimes, c’est plus chic,
La plus longue réplique
Du fleuron Romantique.

Mais aujourd’hui, public,
L’ambiance est électrique.
Un régisseur drastique
Réduit leur temps scénique
De moitié. Ça complique ;
Il faudra qu’ils expliquent
Les enjeux diaboliques
De ce drame historique
En une heure modique !
Oui, c’est peu ; c’est le hic…

Ruy Blas Repetitas, c’est une mise en abyme burlesque et interactive, une façon sympathique de goûter à la cuisine interne propre à l’art dramatique.
Ruy Blas Repetitas, c’est aussi l’occasion pertinente de dénoncer avec drôlerie les dérives du monde politique, de replacer les enjeux d’un homme d’état idéal.
Ruy Blas Repetitas, c’est surtout le désir de partager avec le public, différentes mécaniques du jeu de l’acteur comique.
Ruy Blas Repetitas, c’est encore renouer avec la puissance ludique de l’alexandrin.

De RUY BLAS à REPETITAS

Ruy Blas, c’est le nom d’un valet qui devient Premier ministre. Animé d’un amour violent et platonique pour la Reine, il sert les intérêts d’une Espagne en déclin après la mort de Charles-Quint (1500-1558). Issu du peuple, il souhaite une juste distribution des richesses.
Ruy Blas, c’est le détracteur de l’injustice et de la corruption, un modèle politique, l’utopie d’un poète de 36 ans.
1838. Pour la création du Théâtre de la Renaissance, Victor Hugo écrit et met en scène RUY BLAS, Drame en cinq actes. Il propose à Frédérick Lemaître, l’acteur le plus amusant des boulevards parisiens, d’incarner le rôle-titre.
1954. Dans les premières créations du festival d’Avignon, Jean Vilar invite Gérard Philipe, l’acteur le plus glamour de son époque, à prendre le rôle de Ruy Blas.
1971. Gérard Oury après avoir pressenti Bourvil, demande à Yves Montand de jouer Ruy Blas dans une parodie cinématographique célèbre : « La Folie des Grandeurs ». Louis de Funès y campe le vil Don Salluste.
2011. L’opinion publique ne sait plus vraiment à quel genre théâtral RUY BLAS appartient. La compagnie Furieux du Jeu Dit propose de trancher.

Mise en vers de Sébastien Faure avec l’aimable participation de Victor Hugo
Mise en scène : Louis Gatta
Mise en lumières : Lucile Garric (créa) et Nikola Carton (régie)
Mise en plis des costumes : Lucie Albugues
Graphisme : Pascal Vitte
Avec: Anthony Cantin et Sébastien Faure

L’idée trempée dans le vers
prend soudain quelque chose de plus incisif et de plus éclatant.
C’est le fer qui devient acier.
V. Hugo

Retour haut de page