Verlaine en Mots Dits

1885. Verlaine purge sa peine à Vouziers
Pour ne pas être identifié par les détenus, les prisonniers ont le visage caché lors de leur transfert.
Le Brigadier Parisot vient évaluer le prévenu.
Chaque mercredi, pendant un mois
Le Brigadier écoute, et note.
Rappel des faits que Verlaine semble avoir oublié.
Verlaine se souvient maintenant.
Le Brigadier cherche à comprendre Verlaine
Mais Verlaine n’aime pas se justifier
« C’est bien la pire peine de ne savoir pourquoi sans amour et sans haine mon coeur a tant de peine. »
Et passent les jours…
Et passent les semaines
Verlaine, maintenant sevré, apparait sous un nouveau jour
D’autant qu’on lui permet d’écrire.
Il parle de Rimbaud, de Lucien, de Mathilde, de Georges…
Mais parfois retombe encore dans des états surprenants
Verlaine est un impulsif passionné et révolté
Le Brigadier cependant gagne sa confiance
Leurs échanges deviennent plus détendus
Les confessions plus personnelles.
« J’ai la fureur d’aimer. Mon coeur si faible est fou. »
« l’espoir luit comme un brin de paille dans l’étable »
Oui, Verlaine sait bien cela !

Merci à Caroline Tanguy (Ancenis (44))
et à Jean-Marie Chauvière (la Roche-sur-Yons (85))
pour ces photos libres de droit.
retour sur la page Verlaine en Mots Dits