Verlaine en Mots Dits

Pièce en vers et en prose
Durée : 1h00
Objet d’étude : La poésie
1885, Mars. Paul Verlaine est incarcéré pendant 4 semaines à la prison de Vouziers pour actes de violence et tentative d’assassinat sur la personne de sa mère. Une excellente attitude au tribunal a réduit la peine à ce minimum, mais tous les mercredis, un brigadier du pénitencier vient évaluer l’état psychologique du prévenu.
Ces rendez-vous offrent au prince des poètes, l’occasion de redéfinir l’idée poétique de son époque. Leurs échanges vont progressivement amener le gendarme à révéler sa sensibilité artistique, essentiellement picturale. Un mois plus tard, ensemble, ils quittent la petite geôle ardennaise, chacun déterminé à suivre, différemment, des horizons nouveaux.

NOTE DE L’AUTEUR

Dans Mes Prisons, le poète consacre un bref chapitre au mois d’incarcération qu’il passe à Vouziers. La sérénité, pour ne pas dire la liberté, qu’il goûte, est cependant lisible.
Je veux la part du sage qu’a indéniablement connu ce fou de Verlaine. Il m’importe de replacer et de faire entendre la pensée d’un homme qui, malgré lui, pose les fondements de la poésie moderne. Et puis, il m’importe, par les nombreuses ressources du théâtre, de vous entraîner sur le terrain de l’expérimentation.
J’aimerais vous faire approcher les différentes résonances d’un texte, suivant qu’il est dit, joué, chanté, ou lu en silence, par vous seul.
Voilà pourquoi j’ai choisi le thème de la poésie.

DESCRIPTION DES PERSONNAGES

PAUL-MARIE VERLAINE
Au moment des faits, le poète a 41 ans. Son visage négligé et son corps abîmé par l’alcool, la syphilis, le diabète, donnent l’impression d’un homme plus âgé.
Vêtu d’un uniforme de bagnard, il porte de lourds sabots aux pieds et des chaînes aux poignets. Il a mal à une jambe, boitant parfois.
D’abord présenté comme un personnage névrotique, en première phase de sevrage, il trouve, au fil des jours, davantage de sérénité.
La prison fait du bien à Paul-Marie Verlaine. Cet homme, hors du  commun, la ressent comme une forme de protection contre lui-même, contre ses excès.

BRIGADIER PARISOT
Il doit avoir entre 35 et 40 ans. Peut-être a-t-il exactement l’âge de Verlaine ?
Son physique reflète une vie sans excès, et son air appliqué, révèle sa formation militaire. Il est droitier, et peut-être gaucher contrarié.
Moustaches et lunettes, il porte képi, gants et cape, sur des chaussures cirées.
Amateur de littérature et de peinture, sa sensibilité n’est d’abord perceptible que dans l’attention qu’il porte aux choses ; sans maniaquerie, mais avec précision.
Détaché du centre de réinsertion de l’hôpital Sainte-Anne à Paris, il vient évaluer Verlaine.
Sa faible formation de psychologue répond à la nouveauté des programmes psychiatriques et neurologiques du Professeur Charcot. Il n’est pas à l’aise dans cette mission.
Ce brigadier, c’est le lecteur des poésies de Verlaine ; un lecteur attentif, touché par l’engagement et la sensibilité d’un homme qui n’a cessé de fondre son être dans son œuvre.

Verlaine en Mots Dits a été créé en Janvier 2012. Représenté 80 fois depuis, il a touché près de 8 000 lycéens. Ce Jeu Dit est à la disposition des professeurs de Lettres dans sa plus belle vitalité pour l’année 2015 /16.

Auteur : Sébastien Faure
sur les précieux avis d’Alexis Pelletier, Jean-Yves Fick, poètes et professeurs
Mise en scène : Louis Gatta
Avec : François Nicolas (Verlaine) et Christophe Lerche (Le Brigadier)

Extrait du texte : Verlaine en Mots Dits
Lien pédagogique : http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Verlaine

L’art, mes enfants, c’est d’être absolument soi-même.
Paul Verlaine

Retour haut de page